La visite de l’Apple store : quand la sortie scolaire devient publicitaire 

Il est des choses édifiantes. Telle cette page du site Internet d’Apple sur laquelle élèves et enseignants sont invités à participer à une sortie de classe dans l’Apple store de leur choix.

La firme états-unienne y mêle la proposition à la promesse. « Organisez une Sortie de classe dans un Apple Store pour faire vivre à vos élèves — ou à vos collègues — une expérience pédagogique inoubliable ». Une hésitation ? L’éthique d’entreprise vient au secours du doute pédagogique. Car désintéressée, la firme propose d’initier les élèves à des « projets numériques destinés à susciter le changement et le passage à l’action dans des domaines tels que l’environnement et la santé ».

capture-decran-2016-12-17-a-13-05-23

A visionner les images d’élèves souriant devant la marchandise, à lire ces listes de produits (« l’iPad, associé à des contenus de l’App Store, de l’iBooks Store et d’iTunes U, peut devenir un vrai plus pour l’apprentissage en classe ») l’on comprend bien qu’il s’agit de tout autre chose.

Le « terrain d’expression » promis aux enseignant-es est une galerie marchande dans laquelle, pour une durée « de 60 à 90 minutes », les vendeurs d’Apple disposent de groupes d’enfants. En guise de « sortie », un enfermement. Enfermement dans l’environnement marqueté de la firme. Enfermement dans l’idéologie marchande que nourrit le maniement de « solutions pédagogiques » à plusieurs centaines d’euros l’unité. Enfermement dans un dogme techniciste professé aux enseignants : « Nous vous montrerons comment utiliser les produits Apple pour enrichir et animer votre travail en classe. »

Tout est marchandise. Bien sûr les objets. Mais les élèves et la classe elle-même. Le savent-ils ? L’accès au magasin est conditionné à la signature, par les parents, d’une autorisation de participation dont les conditions générales autorisent « la prise de photos, de vidéos et d’entretiens avec mon enfant, (…) Apple à utiliser, publier, dupliquer, transmettre, afficher en public ou protéger par copyright les images, vidéos et entretiens de mon enfant, pour toute utilisation raisonnable en relation avec le Programme. » Inestimable ressource collectée à peu de frais. Elle nourrira à n’en pas douter les campagnes publicitaires sur lesquelles reposent l’essentiel de la stratégie marchande du géant états-unien.

Ce détournement doit être interdit.

Il est une grave atteinte au principe de laïcité, garant de toute perspective émancipatrice. La laïcité assure la neutralité de l’école. Celle-ci est indispensable à de jeunes esprits en formation à condition de vouloir cultiver chez eux l’esprit critique et l’autonomie. Ces fins sont incompatibles avec la promotion d’une marque et l’illusion techniciste à laquelle concourt déjà les opérations de communication dépourvues de toute réflexion pédagogique de la ministre de l’éducation nationale.

Publicités

11 réflexions sur “La visite de l’Apple store : quand la sortie scolaire devient publicitaire 

  1. Si les enfants avaient le choix et connaissaient windows, apple et linux, et les utilisaient de manière équitable, peut être que ça passerait mieux. Or c’est loin d’être le cas.

  2. Bonjour,
    Moi aussi j’ai été choqué par Apple… j’ai découvert cette page et j’en avais même discuté avec des amis enseignants. Attendons maintenant que la grande distribution propose des sorties « diététique »…NVB est d’une passivité sur le sujet qui est navrante.

  3. Et au collège ou au lycée, ils utilisent à longueur d’année word, powerpoint, excel, sur un ordinateur windows, et la ça ne vous choque point? J’ai été enseignant, et j’ai tenté d’imposer linux et les logiciels libres, je me suis fait jeter par la communauté des profs.

  4. Cher collègue
    Quelle tristesse idéologique qui jette la suspicion sur tout et sur tout le monde! Pourquoi mettre la laïcité à toutes les sauces ? À compte là, il semble que confier des élèves à un apparatchik doctrinaire mette aussi en danger leur possibilité d’émancipation. L’école laïque c’est aussi la diversité des opinions et des pratiques au nom de la liberté individuelle.
    On se demande comment un enseignant peut faire aussi peu de cas du discernement de ses collègues qui pourraient éventuellement utiliser cette opportunité offerte par Apple ?
    Au passage, l’auteur de ce billet cherche certainement un peu de publicité pour dépasser les quelques lecteurs affidés.

    • Bonjour, parent d’élève, je soutiens totalement ce professeur et sa démarche. La « laïcité » est cadrée et cette démarche d’Apple n’entre pas dans ce cadre : (http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Actu_2015/70/5/2015_charte_laicite_A5x2_NB_447705.pdf).
      La différence entre un professeur avec des opinions fortes et une « marque » donnant des cours c’est que le professeur est soumis à la neutralité (et en principe contrôlé), pas la marque Apple. Elle mettra en avant la performance de ses appareils. Par ailleurs si un professeur peut dissimuler ses opinions à travers le programme enseigné, pas Apple qui montre sa pomme partout ! Vous dites : »diversité des opinons.. ». Vous avez raison. Et bien, que des visites soient organisées par l’Éducation Nationale chez toutes les marques sans exception (dont Linux). Enfin l’opportunité offerte par Apple n’est évidemment pas altruiste (pourquoi le font-ils sinon pour promouvoir leur image ou pour vendre, ce qui revient au même ?). Et enfin, que les profs l’acceptent est le signe que nos écoles manquent cruellement de moyens et d’investissement public pour dispenser un enseignement technologique de qualité, et neutre ! Et c’est cela qui doit être débattu en effet, et pas diaboliser une entreprise (je vais dans votre sens).
      Donc, il s’agit de ce rapport entre intérêts privés, entre philosophie commerciale et les principes enseignés à l’école et qui en sont volontairement éloignés, pour permettre aux enfants d’élever leur citoyenneté. J’ai écrit ci-dessous, en ce sens à un des professeurs.
      Merci

      « Tout d’abord j’apprécie votre démarche « générale » de proposer des sorties aux élèves. Bien sûr que j’y suis favorable en général., mais pas dans ce cas.
      Par ailleurs, je n’ai rien contre la société Mac en elle-même (j’en possède un).
      Enfin, ces visites suscitent déjà des oppositions :
      http://etudiant.lefigaro.fr/article/apple-fait-polemique-en-proposant-des-sorties-de-classe-dans-ses-magasins_7a4ef1ee-c77e-11e6-acb8-ffcbffe66664/

      Je voulais donc vous expliquer pourquoi je ne signerai pas « l‘autorisation de participation de mineur » d’Apple Store permettant à mon fils de participer à la sortie prévue dans les magasins Apple.

      Tout d’abord, la « charte de la laïcité à l’école » dit :
      « La laïcité de l’école offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l’apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leur propre choix » (charte délivrée par le collège lui-même en début d’année).
      Or participer à une opération organisée par une marque et se rendre dans leurs locaux, à leurs conditions, c’est évidemment s’inscrire dans une démarche commerciale, motivée par l’enrichissement lucratif et très éloignée de la citoyenneté désintéressée enseignée à l’école, c’est à dire l’intérêt général républicain (liberté, Égalité, Fraternité).
      Cela ne permet pas aux élèves de penser, de comprendre et de pratiquer la technologie autrement qu’à travers un logo, un esprit d’entreprise : l’achat, la vente.
      Un exemple de cette incompatibilité : désireux d’acheter un mac à la suite de la visite, certains élèves le pourront, d’autres non. Cette inégalité sociale, habituellement corrigée au sein de l’école publique qui enseigne l’Égalité, apparaitra finalement comme normale à l’élève, réduisant ainsi sa capacité à combattre les autres inégalités (sociales, des chances etc.).

      Mon refus est également conforté par la condition contenue dans l’autorisation qui doit être signée pour participer et qui révèle la démarche promotionnelle de la marque.
      « J’autorise(…) Apple à utiliser, publier(…) afficher en public les images, vidéos et entretiens de mon enfant (…) pour toute utilisation en relation avec le programme ».
      Ne souhaitant pas que son image soit utilisée pour permettre à Apple de poursuivre ses campagnes de séduction auprès des lycées, ni d’en faire la publicité « pour son propre compte », ni de se donner une image désintéressée et altruiste (campagne de publicité) auprès de ses consommateurs, et cela à faible coût en plus, je refuse de signer.

      Ce conflit flagrant entre l’école publique et laïque censée enseigner les valeurs républicaines désintéressées et celles d’entreprises commerciales qui elles, le sont, motive mon choix.

      Espérant que vous comprendrez mon point de vue et ma démarche qui a pour but d’aller dans le sens de cette école républicaine, je vous prie d’agréer mes sentiments cordiaux. »

  5. Vous parlez sans savoir, je suis un de ces « vendeurs » qui forment ces enfants dans les Apple Store, venez observer une session avant de vous insurger, nous au moins on fait l’école numérique que les politiques rêvent sans y mettre les moyens. Qui permet aujourd’hui a des enfants parfois d’un milieu modeste d’apprendre le montage vidéo, l’infographie, la programmation ? Pas l’école traditionnelle en tout cas, et pourtant ces métiers sont leur avenir demain plus peut sûrement que la géographie.
    Mon rôle dans ses boutiques et de former les gens, j’apprends tous les jours a des personnes isolées, âgées, ou en situation de handicap d’avoir une vie numérique et de ne pas rester en marge de la société et tout ça gratuitement pour eux, voir une personne de 100 ans envoyer son premier mail ou un malvoyant naviguer habilement sur son téléphone ça n’a pas de prix pour moi et je suis fier de travailler pour cette entreprise malgré tous les défauts qu’elle peut avoir

  6. Ce billet n’est pas juste ni tres bien documenté non…
    J’ai réalisé une sortie scolaire sur un projet avec montage vidéo. Notre ecole est deja équipée en tablettes les enfants s’en servent donc deja ! Et les animateurs ont en effet été uniquement des aides et supports techniques.
    Aucune promotion verbale des produits (j’y ai veillé )…
    Et aucune demande d’autorisation d’entretien ou photo n’a été signée … bref renseignez vous correctement avant de faire ce genre d’article.
    Pour info ce type de proposition existe depuis 15 ans dans le monde… et depuis 7 ans en France ! Des centaines de profs ont donc deja participé et personne n’y trouvait à redire … pourquoi un tel lynchage médiatique aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s