Concours enseignants : le désastre

Depuis plusieurs jours les résultats des concours de recrutement de l’Éducation nationale sont publiés. La proportion de postes non pourvus dans de nombreuses disciplines est alarmante : en mathématiques, musique, anglais, allemand, lettres classiques et lettres modernes, tant au CAPES qu’à l’agrégation, 15% à 70% resteront vacants !

Ce désastre est la conséquence de l’incurie gouvernementale. Le rétablissement de la formation initiale des enseignants en 2012 fut certes un point positif mais sans un plan de pré-recrutement, permettant à ceux qui souhaitent s’engager dans la carrière de disposer des moyens de poursuivre leurs études pendant cinq ans, il n’a pas empêché de tarir le flux de candidats à la profession d’enseignant.

De même, la poursuite, jusqu’en 2016 du gel du point d’indice, conséquence directe de la mise en œuvre de l’austérité à l’école, a conduit à une telle paupérisation que la profession n’attire plus suffisamment de candidats.

Enfin, les conséquences de la réforme du collège, réduisant à rien ou presque l’enseignement des langues anciennes ou de l’allemand, diluant les disciplines au profit d’ateliers « fourre-tout », auront dissuadé nombre de ceux pour qui le métier d’enseignant consiste en la transmission d’un savoir disciplinaire.

Le Parti de Gauche félicite les candidat-es reçu-es qui se mettront dès la rentrée prochaine au service de leurs élèves. Cepedant il ne se résout pas une telle situation. Il en va de la qualité du service public de l’éducation. Pré-recrutement, hausse du point d’indice, respect de l’identité professionnelle des enseignants sont autant de leviers qu’il faut utiliser pour redonner de l’attractivité à l’indispensable métier de professeur. En 2017, avec Jean-Luc Mélenchon nous avons l’occasion de restaurer l’Ecole de la République.

Paul Vannier, secrétaire national à l’éducation et Aurelien Saintoul, membre de la commission éducation

Publicités

2 réflexions sur “Concours enseignants : le désastre

  1. Je voudrais savoir ce que compte faire le PG en ce qui concerne les rythmes scolaires quand on sait que des enfants de primaire assurent la classe et les PEL mis en place, plus pour certains la cantine et l’étude, les aides personnalisées (APC) ou la garderie. Certains enfants ont des vies d’adulte et ont leur demandent d’être réceptifs !
    En ce qui concerne les enseignants,il est fréquent de voir des classes doubles, ce qui alourdit le travail de l’enseignant qui doit sans cesse jongler entre deux niveaux de classe, sans cacher que cela demande beaucoup de travail supplémentaire.
    Le PG proposera-t-il de revenir à la semaine des quatre jours d’enseignement permettant ainsi auxfamilles et aux enseignants de mieux gérer leur temps ?..

    • Le PG n’est pas favorable au retour à la semaine de 4 jours. Il préconise, en matière de rythmes scolaires, le respect de la pause méridienne et l’instauration d’une véritable coupure dans des semaines souvent trop longues. Il faut aussi veiller à ne pas alourdir les emplois du temps en empilant des nouvelles « matières ».
      Enfin, le PG propose d’abroger le décret de la réforme des rythmes scolaires et de lancer une concertation pour mettre en œuvre un véritable service public du périscolaire financé par l’Etat (donc gratuit pour les familles), cadré nationalement et mise en œuvre par des personnels formés sous statut de fonctionnaire d’Etat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s