Rapports sur les rythmes scolaires : échec pour les élèves, succès pour le gouvernement

 

Selon le rapport de l’Inspection générale publiée le 10 juin dernier, la réforme des rythmes scolaires, prétendument menée au nom de l’ »intérêt de l’enfant » et de la prise en compte de ses rythmes chronobiologiques, conduit à « une fatigue accrue des élèves, en particulier en fin de semaine et surtout en fin de période ». Présentée comme bénéfique sur le plan des apprentissages, elle mettrait pourtant « en danger » les enseignements d’EPS et artistiques. L’absentéisme, bat des records le samedi et le mercredi. La mesure des effets de la réforme sur le niveau scolaire des enfants est quant à elle reportée à… 2017.

Si l’échec, sur le plan pédagogique, semble complet, le gouvernement peut toutefois se réjouir d’être parvenu à ses véritables objectifs : territorialiser l’école et la soumettre à l’austérité. Les différents rapports rappellent en effet que dans un tiers des communes l’accès au temps périscolaire a été rendu payant et soulignent la grande diversité des contenus proposés sur ces temps, variant de l’étude de la clarinette aux jeux de société en fonction des moyens financiers des communes.

Deux ans après sa mise en oeuvre, la contre réforme des rythmes scolaires apparait ainsi pour ce qu’elle est, guidée par les impératifs de l’austérité et source d’inégalités. Les élèves sont les grands perdants de cette politique contraire à l’intérêt général.

Paul Vannier, secrétaire national à l’éducation du Parti de gauche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s